Le plan d’épargne retraite individuel (PERIN) a été introduit par la loi PACTE de 2019 afin de remplacer et fusionner les divers contrats d’épargne retraite à l’image du PERCO, du PERP et du contrat Madelin. Zoom sur ses points forts.

Sommaire :
Qu’est-ce que le PERIN ?
Quels sont les avantages du placement PERIN ?

Qu’est-ce que le PERIN ?

Le plan d’épargne retraite PERIN (lien vers « Qu’est-ce que le Plan d’Epargne Retraite Individuel (PERIN) ? ») peut être souscrit par tous sans condition d’âge ou de situation professionnelle. Ce plan n’est en effet pas réservé aux employés du privé. Fonctionnaires, demandeurs d’emploi, travailleurs indépendants et libéraux ont la possibilité d’ouvrir un PER (lien vers « Comment ouvrir un Plan d’Epargne Retraite ? ») individuel. Il s’agit de procéder à des versements volontaires et/ou au transfert des sommes issues de plans d’épargne retraite d’entreprise afin de bénéficier pendant sa retraite d’un complément de revenus. On parle ici de retraite par capitalisation, un système qui n’est pas sujet aux aléas de la retraite par répartition. Une bonne façon de préparer votre retraite : c’est un premier atout pour le PERIN, qui en compte bien d’autres…

Quels sont les avantages du placement PERIN ?

Réduire ses impôts avec le placement PERIN

Le placement PERIN est particulièrement attractif pour ses avantages fiscaux. En effet, les versements volontaires effectués pendant l’année peuvent être déduits de vos revenus imposables. Ce bonus fiscal est toutefois limité, puisqu’un plafond s’applique (lien vers « Qu’est-ce que le plafond d’épargne retraite ? »). Pour 2022, celui-ci équivaut à 10 % des revenus professionnels de 2021, avec déduction maximale de 32 909 € pour des revenus allant jusqu’à 329 088 € (8 fois le Plafond de Sécurité Sociale ou PASS). Si le montant des revenus est inférieur à 41 136 € (PASS de référence de 2021), alors, le plafond est fixé à 4 114 €. Ces conditions sont valables pour les salariés, et le plafond est adapté pour les indépendants. À savoir que le titulaire n’est pas obligé d’opter pour cette déduction fiscale lors des versements sur son plan d’épargne retraite PERIN. S’il ne l’a pas fait, il pourra bénéficier d’un avantage fiscal au moment du déblocage des fonds.

Profiter de la souplesse du plan d’épargne retraite individuelle

Le plan d’épargne retraite PERIN a l’avantage d’être flexible à plus d’un titre. D’abord, son alimentation n’est pas contrainte. En tant que titulaire, vous pouvez procéder à des versements libres, ou programmer un virement périodique que vous pourrez interrompre ou modifier quand vous le souhaitez. Ce plan d’épargne permet en outre d’y transférer les sommes placées sur d’autres produits d’épargne, et notamment ceux contractés par votre entreprise. Il faut également savoir qu’il existe différents types de contrats plus ou moins sûrs et rentables. En souscrivant un PER multi-support, l’assuré place son argent sur un fonds en euros stable mais peu rentable, et sur des unités de compte (actions, obligations, parts SCPI…) plus rentables mais plus volatiles.

L’offre GARANCE Sérénité permet de préparer sa retraite en toute tranquillité, puisque l’organisme propose un placement PERIN à points. Le titulaire acquiert des points retraite insensibles aux fluctuations des marchés financiers, et bénéficie d’une meilleure lisibilité de sa future retraite grâce aux relevés d’informations annuels.

Enfin, la souplesse du PER se concrétise également dans les options qui s’offrent à son bénéficiaire au moment d’en sortir. En effet, lorsque l’heure de la retraite a sonné, l’assuré dispose de trois formules pour débloquer son placement PERIN, et pourra adapter sa sortie du PER en fonction de ses besoins. S’il souhaite réaliser un projet (voyage, achat d’une résidence secondaire, travaux, acquisition d’un bateau, achat d’un camping-car…), il pourra opter pour un versement en capital, c’est-à-dire que l’intégralité de son épargne pourra lui être rendue en une seule fois.

Beaucoup ont en revanche constitué un patrimoine financier afin de compenser la perte de revenus naturellement accusée une fois la carrière professionnelle achevée. Dans ce cas-là, l’assuré choisira plutôt une sortie en rente viagère (lien vers « Rente PER : quelle fiscalité ? »). Une somme, qui dépendra de plusieurs critères et notamment du niveau des fonds placés, lui sera alors versée de façon périodique jusqu’à son décès. Mais l’épargne accumulée peut aussi être débloquée de façon mixte. Le bénéficiaire demande alors une partie en capital et le reste en rente.

Procéder à un déblocage anticipé

Si l’épargne retraite PERIN est, comme son nom l’indique, destinée à être débloquée au moment de la retraite, le législateur prévoit toutefois plusieurs hypothèses pour lesquelles il est possible de sortir du PER avant cette échéance. C’est notamment le cas si le conjoint marié ou pacsé du titulaire décède. Lorsque l’invalidité frappe le titulaire, son conjoint marié ou pacsé, voire un de ses enfants, il est également possible de sortir du plan d’épargne retraite individuel par anticipation. Cette solution peut aussi être appliquée lorsque le demandeur d’emploi voit ses droits aux allocations chômage expirés. Si, à la suite d’un jugement de liquidation judiciaire, l’activité professionnelle du titulaire cesse, il peut demander à sortir du PER. Idem lorsqu’une commission de surendettement place le titulaire en surendettement. Il existe une dernière situation permettant ce déblocage anticipé, mais avec quelques réserves. Il s’agit de l’acquisition d’une résidence principale. Dans ce cas, les droits issus de versements obligatoires ne pourront pas être utilisés. Par ailleurs, la fiscalité applicable sera moins favorable, car calée sur l’imposition pour une sortie en capital. À noter qu’il faudra justifier de la situation exceptionnelle rencontrée pour débloquer le placement PERIN avant la retraite.